La pandémie du COVID-19 a eu un impact soudain et significatif sur tous les aspects de la vie des citoyens du monde, avec 2,6 milliards de personnes à travers le globe, confinés, privés de leurs libertés et bien obligés d’obtempérer.

Lire aussi : Fiscalité d’un investissement immobilier étranger

Alors que les marchés boursiers, pris de panique, ont connu une chute historique depuis le début de l’année, la tendance boursière ne s’est pas améliorée. Ce matin encore, la crainte démesurée d’une dépression économique internationale due au coronavirus, et le krach pétrolier se profilant, la séance sur les marchés financiers avait un goût amer de déjà vu, et rappelait le séisme financier de 2008.

LUEUR D’ESPOIR POUR LES INVESTISSEURS : L’IMMOBILIER

Autre décors, autre ambiance, pour de nombreux groupes dans la sphère du marché immobilier, une constatation éclairée, la valeur des immeubles de rendement devrait rester stable à moyen et long termes malgré une baisse à court terme a cause du manque de liquidité sur les marchés financiers.

QUI PEUT ENCORE NOUS AIDER POUR SAUVER NOTRE EPARGNE?

C’est le moment d’utiliser tout le potentiel des experts et de se faire aider par ceux dont le métier est de maitriser l’information. En l’occurrence, des sociétés comme BDO Global ou le groupe Enovast.

Pour les équipes du groupe Enovast qui ne cesse de surveiller la situation sur le terrain, le contact n’a jamais été rompu avec leurs clients, dont l’inquiétude pour leurs économies, a atteint son apogée.

Le groupe Enovast est une plateforme d’audit d’étude privée, indépendante, spécialisée dans les actifs immobiliers et installée au Portugal. Assistée par des professionnels du secteur immobilier, promoteurs, développeurs, architectes, notaires, agences, Enovast est axée sur les secteurs émergents des actifs immobiliers en Europe.

Pour le responsable de la communication du groupe, le niveau d’incertitude de l’économie est actuellement à un niveau record avec une trajectoire de reprise difficile à prévoir. Bien qu’il n’y ait pas eu de réponse politique globale concertée, les différents pays ont pris des mesures importantes pour essayer d’amortir les dégâts de leurs populations et leurs économies pendant cette période difficile.

« Nous examinons les perspectives économiques et les mesures politiques, mais déconseillons de mettre trop de poids sur une prévision ponctuelle jusqu’à ce que la voie future devienne plus claire. »

La dynamique, en constante évolution, de la pandémie mondiale, exige un flux constant de mises à jour pertinentes et un accès à des informations opportunes et à valeur ajoutée.

La croissance mondiale s’immobilise

Des niveaux d’incertitude élevés combinés à des données en évolution rapide ont diminué la fiabilité des prévisions à court terme. Néanmoins, la croissance en 2020 devrait se contracter pour la première fois depuis 2009. La voie à suivre devrait devenir plus claire tout au long du deuxième trimestre avec davantage de données sur la trajectoire de la pandémie et l’état de l’économie mondiale.

La reprise en forme de V repose sur une période de mesures de confinement relativement courte (environ 1 à 3 mois) suivie d’un net retour à la croissance économique. C’était initialement le cas de base de nombreux économistes; cependant, à mesure que le temps passe et que les effets du second tour deviennent plus évidents, il semble que nous nous dirigions vers un autre scénario.

Alors que de nombreux investisseurs ont suspendu de nouvelles acquisitions, certaines sociétés bien financées avec des horizons d’investissement à plus long terme, seront parmi les premières à se concentrer sur ces secteurs. Des stratégies offensives et à profil de risque plus élevé émergeront dans d’autres segments du marché où les dislocations de prix peuvent générer des opportunités, en particulier dans les secteurs de la vente au détail et de l’hôtellerie.

Augmentation des allocations de capital à l’immobilier

L’environnement de taux d’intérêt bas et la volatilité des prix des actifs financiers soutiendront les arguments en faveur d’une diversification du portefeuille. La fuite vers la sécurité dans l’immobilier, qui continue d’offrir de meilleurs rendements relatifs par rapport à d’autres classes d’actifs, devrait augmenter.

SUR LE LONG TERME, L’IMMOBILIER RESTE UNE CLASSE D’ACTIFS ATTRACTIVE

Bien que l’investissement dans l’immobilier ait fluctué au fil des années en raison de divers ralentissements, la tendance générale est à l’augmentation des allocations à l’immobilier, et nous ne voyons aucune raison pour que cette tendance s’inverse. L’immobilier continue d’offrir de bons rendements ajustés au risque qui sont moins corrélés aux autres classes d’actifs. Cet avantage de diversification de portefeuille en investissements immobiliers n’est accentué que dans les périodes de volatilité accrue des marchés des actions et des matières premières.

Enfin, l’écart entre les rendements immobiliers et les rendements des obligations d’État reste à des niveaux qui récompensent plus suffisamment l’investisseur immobilier. Compte tenu de cette situation, les prévisions sont d’entrevoir des flux continus de capitaux dans l’immobilier à moyen et long terme et potentiellement une augmentation.