Les premiers mois de Covid-19 ont durement frappé le marché des startups européennes. Avec des pays comme l’Italie parmi les plus touchés aux premiers jours de la pandémie, les startups de toute l’Europe ont également été ébranlées.

En juin 2020, près de la moitié (49%) des startups européennes ont dû se tourner vers les banques pour obtenir des prêts garantis par le gouvernement au cours des derniers mois, tandis que 43% ont gelé les recrutements.

Les entreprises en phase d’amorçage étaient les plus susceptibles de demander cette aide gouvernementale, mais les prêts étaient communs à toutes les étapes des startups:

Pourcentage de startups européennes sollicitant une aide gouvernementale par stade

De plus, en juin 2020, l’avenir paraissait plutôt sombre: 40% des entreprises européennes s’attendaient à voir leurs revenus baisser d’au moins 25% en 2020, par rapport aux objectifs précédents.

Les entreprises de technologie à un stade ultérieur étaient plus susceptibles d’avoir vu leurs revenus baisser d’ici juin 2020, 60% des entreprises de série C + ayant vu leurs revenus chuter d’au moins 10% en mars / avril, ainsi que 51% des entreprises de série B et 52% des Série A.

Dans l’ensemble , 35% des entreprises interrogées ont vu leurs revenus baisser de plus de 25% au cours des deux premiers mois de la pandémie.

La collecte de fonds a également été massivement impactée: plus de 40% des startups prévoyant de lever des fonds de manière imminente auprès des investisseurs ont retardé ces plans.

Cependant, tout n’a pas été maussade et morose pour les startups européennes en 2020, même dans des temps turbulents comme ceux-ci, il y a des gagnants et il y a de la croissance.

Premièrement, du côté positif, les 2/3 des startups interrogées en Europe avaient plus d’un an de piste (cash en banque pour financer les opérations).

Lire aussi : Le FinTLV d’Israël lève 120 millions de dollars pour un nouveau fonds Fintech

En Europe, certains des gagnants sont (sans surprise) des startups HealthTech. Ces startups bénéficiaient déjà de systèmes de santé publique solides sur tout le continent. Par exemple, Benevolent AI, basée à Londres, utilise l’intelligence artificielle pour identifier de nouvelles cibles médicamenteuses prometteuses et a déjà identifié certains traitements potentiels pour le Covid-19 qui sont actuellement à l’étude.

Les startups européennes sont 30% moins susceptibles de passer de l’amorçage à la réussite (obtention d’un financement de série C ou au-delà, entrée en bourse ou vente), par rapport aux startups qui ont levé des fonds d’amorçage au cours de la même période aux États-Unis.

Principales caractéristiques du retour des startups européennes

  • Le pool de valeur domestique est fragmenté: au niveau le plus élémentaire, le fait que l’Europe ne soit pas un marché unique a des effets importants sur ce sur quoi les startups doivent se concentrer dans leurs premières années. Devraient-ils se concentrer sur un seul pays? Ou devraient-ils se concentrer sur des fonctionnalités qui peuvent avoir un attrait paneuropéen et investir dans la localisation / traduction / etc.?
  • Réduction de l’offre de capitaux à un stade avancé: les cycles de financement importants peuvent être difficiles. Historiquement, il a été plus difficile pour les entreprises européennes de lever des tours de financement importants en raison d’une offre plus faible de capitaux en phase finale. Sur la base d’entretiens de McKinsey avec des initiés du secteur, cette différence a été partiellement attribuée à l’aversion au risque des investisseurs européens.
  • Les valeurs culturelles sont différentes: les startups européennes font face à une pression beaucoup plus grande pour performer, et pour le faire plus tôt, que les startups aux États-Unis, où un échec dans le passé est généralement considéré comme un insigne d’honneur. L’analyse de la couverture médiatique a montré qu’environ 17% seulement de la couverture de presse en Allemagne présente l’entrepreneuriat sous un jour positif, contre 39% aux États-Unis.
  • Attirer les meilleurs talents peut être difficile: alors que l’Europe a un avantage en termes de coût des talents technologiques par rapport aux États-Unis, les startups du continent manquent souvent d’outils pour attirer les meilleurs talents. Dans de nombreux pays européens, des règles défavorables sur les actions et les options d’achat d’actions rendent les startups moins attrayantes pour les employés potentiels. Par exemple, plus de 75% des règles sur les options d’achat d’actions des pays de l’UE analysées par la société de capital-risque européenne Index Ventures étaient en retard par rapport à celles des États-Unis.
  • Les «superhubs» de l’innovation moins riches en ressources: les «superhubs» comme la Silicon Valley et New York City, qui ont une forte concentration d’entrepreneurs, de talents technologiques et d’investisseurs, ont joué un rôle très important dans le succès de la startup américaine l’écosystème. Bien que Londres, Paris, Berlin et Stockholm puissent être considérés comme les principaux hubs en Europe, ils n’ont pas atteint la même concentration en termes de capitaux, de connaissances et de talents. En conséquence, environ 30% seulement des startups européennes ont installé leur siège social dans un superhub technologique, contre près de 50% des startups aux États-Unis. Cependant, l’impact massif du Covid-19 sur le travail à distance peut rendre cette différence moins problématique et peut potentiellement réduire l’importance des superhubs.

Voyons ensemble les 5 meilleures startups européennes à surveiller:

1. MediQuo : chat médical, rendez-vous et prescriptions


MediQuo est une startup HealthTech basée à Barcelone fondée en 2017 qui se concentre sur la gestion des rendez-vous médicaux, qu’ils soient à distance ou en personne. Évidemment, le premier a été beaucoup plus populaire cette année!

Au début de 2020, l’application a été installée par plus de 650000 utilisateurs gérant plus d’un million de rendez-vous médicaux.

Bureaux à : Barcelone, Espagne

Financement total : 4 millions d’euros


2. G2 Esports : Top 5 des clubs Esports

startups européennes ssports

Vous pensiez que ce ne serait qu’une liste de startups HealthTech, non? Faux!

Les ventes de jeux à elles seules ont augmenté de près de 40% en glissement annuel.

G2 Esports a été fondé par Carlos ‘ocelote’ Rodriguez, un ancien joueur vedette de League of Legends et Jens Hilgers. Le club présente actuellement des équipes professionnelles dans League of Legends, Counter-Strike: Global Offensive, Hearthstone et Rocket League.

Le jeu augmentant rapidement et chacun ayant une augmentation significative de son temps à la maison (et par conséquent de son temps libre), G2 Esports est positionné pour développer sa marque, tester de nouvelles façons de distribuer son contenu et signer de nouveaux partenariats.

Bureaux à : Berlin, Allemagne

Financement total: 27,3 millions de dollars


3. Everli (anciennement SuperMercato24) : Instacart pour l’Italie

Les ventes d’épicerie en ligne ont augmenté de 22% en 2019 et, propulsées par la forte demande des confinements du Covid-19, devraient augmenter d’environ 40% cette année.

Sur les 1152 consommateurs interrogés, 52% avaient acheté des produits d’épicerie en ligne au cours des 12 derniers mois.

Everli est clairement au bon endroit au bon moment! La société d’épicerie en ligne a été fondée en 2014 et a commencé à franchir une étape de croissance en 2018 avec une série B de 13 millions d’euros qu’elle a suivie d’une ronde de 11 millions d’euros au début de 2020 avant la pandémie.

La valorisation d’Instacart ayant plus que doublé en 2020 (CNBC), Everli est en bonne position non seulement pour posséder le marché italien de la livraison de produits d’épicerie, mais aussi pour se développer rapidement dans le reste de l’Europe.

Bureaux à : Milan, Italie

Financement total: 28,4 millions d’euros


4. Payflow : accès instantané au salaire

Payflow est l’une des plus jeunes startups de cette liste, ayant été fondée en janvier 2020. La société a clôturé son premier tour de table de 1,6 million d’euros au milieu de la crise du Covid-19, avec un investissement de Rocket Internet.

Payflow permet aux employés de percevoir instantanément leur salaire gagné via une application mobile, offrant un avantage supplémentaire aux employés rémunérés à l’heure. L’accès à des liquidités comme celui-ci se traduit par une rotation du personnel plus faible, une productivité plus élevée et une plus grande satisfaction de la rémunération globale.

Malgré son jeune âge, Payflow est bien positionné pour réussir dans un monde post-Covid et c’est une startup à surveiller!

Bureaux à : Barcelone, Espagne

Financement total : 1,6 M €


5. Yubo : favoriser les amitiés longue distance pour la génération Z

Yubo, basé en France, a connu un boom en 2020! L’application de médias sociaux est axée sur la création d’amitiés à distance entre les jeunes de 13 à 25 ans grâce à la diffusion vidéo en direct et à la messagerie instantanée (entre autres fonctionnalités).

Yubo a été fondée en octobre 2015, mais a vraiment commencé à évoluer au cours des 12 derniers mois. Avant la pandémie, la société a levé une série B de 12,3 millions de dollars (décembre 2019), puis l’a suivie d’une énorme série C de 47,5 millions de dollars en novembre 2020.

Gardez un œil sur Yubo en 2021. Bien que la pandémie leur ait certainement donné un engagement unique dans une vie et un coup de pouce pour les utilisateurs, leur concentration unique sur les amitiés à distance peut les aider à sortir de la mêlée des applications de médias sociaux.

Bureaux à : Paris, France

Financement total : 65,7 millions de dollars


Et vous? avez-vous remarqué des startups européennes à suivre cette année? Faites-le nous savoir!