La pandémie COVID-19 a forcé les pays du monde entier à réévaluer leurs stratégies touristiques. La pandémie a contraint les nations à innover et à imaginer des modes de transport offrant une sécurité et un maximum de sécurité aux voyageurs. En conséquence, les bulles de voyage sont devenues une tendance, de nombreux pays s’efforçant de
créer des couloirs de voyage sûrs avec d’autres pays, les « bulles de voyage » pour faciliter le tourisme tout en assurant la sécurité des personnes.

Lire aussi : Où acheter un bien immobilier en Europe 2020

La pandémie a dévasté l’industrie du voyage et du tourisme, les entreprises ont été contraintes de fermer leurs portes, les employés ont été licenciés et le secteur de l’aviation continue de faire face à des revers. Dans des circonstances aussi désastreuses, la création de bulles de voyage peut être la seule forme de réanimation pour l’industrie mondiale du voyage et du tourisme.

Les bulles de voyage sont essentiellement un partenariat exclusif entre des pays (généralement très proches les uns des autres) qui ont réussi à contenir la pandémie mondiale à l’intérieur de leurs frontières. Ces couloirs de déplacement sont une tentative de rétablir les connexions en ouvrant les frontières. L’avantage, avec les bulles de voyage, c’est que les pays peuvent ou ne pas, supprimer la quarantaine à l’arrivée pour les voyageurs. Atout majeur pour les touristes qui n’ont que quelques jours, ce qui rend l’expérience de voyage plus transparente.

Les pays Baltes innovateurs les bulles de voyage

La Lituanie, la Lettonie et l’Estonie ont été parmi les premières nations à mettre en place une bulle de voyage en mai 2020. Ces pays ont permis la libre circulation des citoyens entre eux lorsque les voyages à travers le monde étaient au point mort.

D’autre part, l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont convenu également une zone de voyage « trans-Tasman Covid-safe » d’ici septembre.

« A un moment donné, l’Australie et la Nouvelle-Zélande se connecteront à nouveau avec le reste du monde, l’endroit le plus évident pour commencer est entre les deux pays » a déclaré Scott Morrison. »

De son côté, l’Indonésie cherche à relancer le tourisme en créant un couloir de voyage avec la Chine, la Corée du Sud, le Japon et l’Australie. Cette initiative vise à finaliser les plans de formation de bulles de voyage avec les pays partenaires d’ici la fin juillet, alors que le gouvernement continue d’atténuer l’impact de la pandémie de coronavirus.

De même, plusieurs autres pays espèrent établir ces voies pour encourager les gens à recommencer à voyager.

Les bulles de voyage intelligentes n’éclateront pas

Au fil du temps, de nombreuses bulles de cette nature vont apparaître, une conséquence naturelle des restrictions de voyage mondiales. Les pays continueront de créer de plus grandes zones franches permettant des voyages sans restriction. Selon une étude de l’Université d’Oxford, le meilleur moment pour créer une bulle de voyage est lorsque les deux pays «n’ont plus de cas».
Les bulles de voyage stimuleront considérablement les voyages, le tourisme et l’industrie hôtelière, une impulsion essentielle étant donné la détérioration de l’état du tourisme mondial.

Les complexités des bulles de voyage

Les « listes sûres » sont un élément essentiel des bulles de voyage car elles permettent aux pays de sélectionner d’autres pays en fonction du nombre de cas de COVID-19 et d’autres mesures de santé et de sécurité. Les contrôles aux frontières, devront s’adapter technologiquement (température, etc.) des flux migratoires en plus de la sécurité.

Cependant, ces « listes sûres » peuvent être manipulées pour atteindre des objectifs de politique étrangère ou économiques. Le concept de bulles de voyage peut être utilisé à mauvais escient par les nations pour servir l’agenda politique. De plus, la nature intrinsèquement subjective des critères de prise de décision, malgré leurs fondements scientifiques, ouvre la possibilité du lobbying, de la pression commerciale et de la géopolitique.

Les pays devront également s’entendre sur des règles communes et un partage de données étendu pour maintenir leurs bulles de voyage, cela peut conduire à des conflits. Étant donné que les décideurs sont principalement des politiciens et des acteurs économiques, leurs biais inhérents pourraient entrer en jeu. Les nations doivent veiller à ne pas favoriser les divisions et la discrimination tout en créant des bulles de voyage.

Étant donné que l’objectif principal des bulles de voyage est de recommencer à voyager et de limiter la propagation du virus, la science et la technologie doivent être largement utilisées pour assurer la sécurité des personnes. Les données sur la santé et la science doivent être au premier plan, fournissant un cadre pour ces couloirs de voyage afin de garantir qu’ils ne provoquent pas par inadvertance une augmentation du nombre de cas de COVID-19.

L’évaluation des risques par une approche en couches est essentielle pour les pays. Une prise de décision transparente et démocratique est impérative pour faire des bulles de voyage un succès, en encourageant les pays du monde entier à les adopter et en aidant à redémarrer l’industrie mondiale du voyage et du tourisme.

La réouverture des frontières est essentielle

Pour conclure, l’ouverture des frontières est à la fois incontournable et vitale. Nous ne pouvons pas régresser de cent ans, l’économie mondiale dépend intégralement de la libre circulation entre les pays. Sans les investissements à l’étranger comment pouvons-nous maintenir une thésaurisation des finances internationales.