Pourquoi nous apprécions l’investissement immobilier en Grèce │ La majorité des marchés immobiliers européens sont surchauffés, mais la Grèce est l’un des rares pays où l’immobilier est encore bon marché.

Aujourd’hui, l’ immobilier résidentiel prêt à emménager dans le centre d’Athènes se vend en moyenne 2 500 €/m². Comparez cela à Barcelone ou à Berlin, par exemple, où la moyenne est d’environ 6 000 €/m², et la différence devient nette. Les prix dans la capitale grecque sont désormais 25 % plus élevés qu’en 2017, lorsque le point médian était aussi bas que 1 800 €/m², mais ils sont encore loin du niveau d’avant la crise.

En 2008, les appartements à Athènes se vendaient entre 3 500 et 4 000 €/m². Les prix sont désormais 30-35% moins chers et si aucun changement économique externe significatif ne se produit, ils continueront d’augmenter d’environ 10-15% par an dans la capitale, atteignant finalement 3 500 €/m² dans 2-3 années.

Au cours des 18 derniers mois, la hausse des prix a été alimentée par deux facteurs principaux :

– une demande accrue des investisseurs étrangers ;
– un nombre croissant de touristes.

De 2015 à 2019, les revenus du tourisme récepteur en Grèce ont augmenté de plus d’un tiers. Les taux de location ont également grimpé en flèche, augmentant de plus de 9 % en 2018 seulement. Une énorme quantité de biens immobiliers résidentiels a été convertie en appartements et continue d’être louée via Airbnb et Booking.com, souvent pour une nuit à la fois (la Grèce est en forte demande de location court terme en raison de son attrait touristique toujours grandissant).

Lire aussi : Investir dans l’immobilier en Grèce: Pourquoi Kea?

Les investisseurs institutionnels ont également commencé à accorder plus d’attention à la Grèce. Par exemple, depuis 2017, des fonds des États-Unis, du Moyen-Orient, de Chine et de Turquie ont tous injecté de l’argent dans de grands projets de développement immobilier commercial et résidentiel en Grèce. Le volume total d’investissement dans ces projets avoisine 1 milliard d’euros juste à Athènes.

Une nouvelle politique qui soutient l’investissement immobilier en Grèce

Le changement de parti au pouvoir en Grèce à la suite des élections de 2019 a donné un coup de fouet à l’économie du pays. Le gouvernement formé par le parti Nouvelle Démocratie a réduit les impôts des particuliers et des sociétés. L’impôt foncier a été réduit (de 10 à 30 %, selon la valeur de la propriété) et l’impôt sur les sociétés est passé de 29 % (2018) à 24 % cette année. De plus, les restrictions aux sorties de capitaux en place depuis 2015 ont été abolies. Le gouvernement a également récemment confirmé qu’à partir de 2020-22, la vente de nouveaux bâtiments sera exonérée de TVA, ce qui contribuera à relancer le marché du développement greenfield et à alimenter la construction de nouveaux logements. Ces exonérations financières sont devenues possibles grâce à la reprise économique de la Grèce. Le PIB par habitant augmente depuis 2015 de 2,5 % par an en moyenne, tandis que le taux de chômage a baissé de 8% par an. Malgré cela, les chiffres du chômage en Grèce sont parmi les pires d’Europe (17,4% au deuxième trimestre 2019).

Le visa d’or et les autres avantages actuels dans l’investissement immobilier en Grèce

Le programme grec de visa doré , qui accorde la résidence aux investisseurs et à leurs familles en échange d’une injection de 250 000 €, maintient le flux d’argent étranger dans le pays. Au premier semestre 2019, 645 investisseurs ont adhéré au dispositif, soit une augmentation de 8 % par rapport à l’année précédente. La Grèce prévoit également d’offrir la citoyenneté pour un investissement d’au moins 2,5 millions d’euros. Je pense que cela attirera les investisseurs à Athènes qui se sont déjà penchés sur les passeports dorés offerts par d’autres nations, notamment Chypre voisine, où le prix moyen de l’immobilier a déjà dépassé les 8 000 €/m².

La demande de biens immobiliers en Grèce va certainement augmenter après que les banques du pays ont commencé à émettre des hypothèques aux habitants plus tôt cette année. L’histoire montre que les prêts hypothécaires bon marché alimentent la demande de logements, mais en Grèce, cela marque un tournant car il a été pratiquement impossible d’obtenir un prêt hypothécaire au cours de la dernière décennie, la demande est donc élevée.

De nombreuses sociétés d’investissement ou d’immobilier gèrent actuellement plusieurs projets différents dans le pays, y compris des rénovations d’appartements (résidences individuelles et blocs entiers), et il est déjà constaté des rendements de 10 à 15 % par an. Concernant les budgets, il vaut mieux travailler avec des investisseurs capables d’injecter un minimum de 300 000 € dans l’immobilier grec car il est alors possible de s’approprier et de rénover 3 à 5 appartements, et les profits seront bien plus élevés.