« Coup dur » pour l’immobilier en France: Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, a annoncé mercredi 4 janvier, que les logements classés G ne pourront plus être loués à partir de 2023.

Lire aussi : Obtenir un prêt pour investir dans un bien immobilier à l’étranger

Ce sont les logements dont la consommation énergétique excède 450 kWh par mètre carré et par an, qui sont concernés. Ces logements dits « passoires énergétiques » sont classés G.

La ministre a ainsi annoncé qu’ils contrôleraient les annonces immobilières afin d’empêcher la location de ces « passoires thermiques ».

90 000 logements classés G sont concernés (4%), dont 70 000 qui appartiennent au privé.
C’est un nouveau « coup dur » pour l’immobilier en France alors que la Convention citoyenne sur le climat prévoit, grâce à son projet de loi, la fin de la location de 4,8 millions de logements énergivores d’ici à 2028. Ceci étant dit, ce sont tout de même 15% des français qui souffrent du froid chaque année en raison des conditions des logements loués.

Emmanuelle Wagon explique même que c’est un départ en douceur, puisque le but est de « monter en puissance par la suite », ce qui ne laisse rien présager de bon pour l’immobilier en France.

Le bâtiment est effectivement l’un des quatres grands diffuseurs de gaz à effet de serre en France, aux côtés des transports, de l’agriculture et de l’industrie.

Pour tous les propriétaires contraints à rénover leurs logements classés G, il conviendra de commencer par établir un audit énergétique à réaliser par un thermicien. Son diagnostic permettra d’établir l’étiquette énergie et l’étiquette climat.

Et enfin, pour réduire les pertes de chaleur, il faudra renforcer l’isolation thermique du toit, des fenêtres et des sols.

Le gouvernement se penche sérieusement sur l’immobilier en France depuis plusieurs années et prévoit de nombreux projets de lois afin d’améliorer les conditions des logements pour les loueurs français.

C’est sans surprise que les investisseurs français, désireux d’investir dans la pierre, se dirigent de plus en plus vers l’étranger ou les taxes sur l’immobilier sont plus basses qu’en France.