Les investisseurs belges à l’assaut du Kazakhstan : Les relations entre la Belgique et le Kazakhstan se développent dans un esprit de confiance et de respect mutuels, message fort émis lors de la table ronde Perspectives de Coopération Commerciale, Economique et d’Investissement.

Lire aussi : Sécuriser son capital en investissant dans l’immobilier à l’étranger

Le vice-ministre des Affaires étrangères du Kazakhstan, Yermek Kosherbayev, a rencontré une
douzaine d’investisseurs belges à Bruxelles mercredi 9 octobre pour connaître leur expérience avec son pays et aider à résoudre les problèmes potentiels.

Lors de la réunion, organisée par l’Agence Wallonne à l’exportation et aux investissements étrangers AWEX et ouverte à la presse, le vice-ministre a présenté la stratégie de son pays pour attirer les investisseurs.

Il a déclaré que pendant les années d’indépendance du Kazakhstan (depuis 1991), le volume total des investissements belges dans l’économie du Kazakhstan s’élevait à 7,1 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires du commerce extérieur du Kazakhstan avec la Belgique en 2018 a augmenté de 58% par rapport à 2017 et s’est élevé à 414 millions d’euros.
Les entreprises belges font des affaires au Kazakhstan dans l’agriculture, dans le domaine des
nouvelles technologies, de la santé et de l’énergie. Les partenaires du Kazakhstan sont les agences d’exportation et d’investissement étranger, l’AWEX de Wallonie et le FIT de Flandre. Tous les deux ans, ces agences introduisent des entreprises belges au Kazakhstan et organisent des missions commerciales dans ce pays d’Asie centrale.

Des représentants de trois sociétés belges John Cockrill, Carmeuse, Van Hool et VITO étaient
également présents à la réunion John Cockerill (anciennement le Groupe CMI) produit des solutions dans le secteur de l’énergie au Kazakhstan, comme un projet de construction dans la région de Kyzylorda qui comprend une centrale solaire utilisant la technologie du sel fondu.
Carmeuse, quant à elle, joue un rôle clé dans la réduction de la pollution atmosphérique au
Kazakhstan et met en œuvre un projet de construction d’une usine de production de chaux
technologique de haute qualité dans la région de Karaganda.

Orfit fournit au Kazakhstan des équipements utilisés dans le traitement du cancer. Sur la base de technologies innovantes, la société développe et produit les matériaux thermoplastiques les plus précis et les plus fiables pour les dispositifs médicaux qui améliorent le traitement des patients dans le monde entier.

Le diplomate a décrit les mesures prises par le gouvernement de son pays pour attirer les
investisseurs étrangers, telles que le «guichet unique» avec la Société nationale kazakhe Invest, ou le système à trois niveaux pour attirer et soutenir les investissements étrangers (aux niveaux externe, central et régional).

Le député a déclaré que le Kazakhstan comptait 12 zones économiques spéciales et 23 zones
industrielles avec des orientations sectorielles différentes, qui comprennent des infrastructures
toutes faites et un large éventail de préférences d’investissement.
Si les investisseurs ont l’intention de travailler non seulement sur le territoire de ces zones spéciales, diverses mesures de soutien de l’État sont prévues pour les entreprises, y compris la remise des revenus des sociétés et des impôts fonciers (jusqu’à 10 ans) et la taxe foncière (jusqu’à 8 ans).

Le diplomate a également rappelé que le Centre financier international d’Astana est désormais opérationnel. Selon lui, ce centre s’appuie sur les meilleurs modèles de centres financiers à New York, Singapour, Londres et Dubaï, suivant les principes et les normes du droit anglais.

Pour conclure, Kosherbayev a déclaré qu’il y avait déjà 74 entreprises à capital belge au Kazakhstan.