Un bon indicateur de l’évolution du marché immobilier espagnol peut être vu dans les données montrant le prix au mètre carré. Ces données peuvent dévoiler une indication pour prévoir et prédire l’évolution du marché immobilier espagnol.

Lire aussi : Investissements en 2021: l’étranger est-il toujours aussi rentable?

Selon l’agence de notation américaine Standard & Poor’s (S&P), une moyenne d’environ 25% des revenus des ménages a été économisée dans la zone euro. L’agence S&P s’attend à ce que les prix des logements en Espagne augmentent dès 2021.

Si le retard de la demande de logements est rattrapé en 2021, davantage d’économies seront disponibles pour l’investissement immobilier et les prix des logements augmenteront en conséquence, selon l’agence de notation.

Ressources financières supplémentaires

En raison des restrictions à la liberté de mouvement, beaucoup moins d’argent a été dépensé en 2020, tandis que les revenus sont restés largement inchangés. En conséquence, de l’argent a été économisé et les acheteurs ont plus de ressources. Ces ressources financières supplémentaires sont à la base de l’attente selon laquelle nous pouvons nous attendre à rattraper les achats différés de maisons en 2021.

Coûts de financement très bas

De plus, les coûts de financement sont faibles. Les taux d’intérêt sont à un niveau historiquement bas. Cependant, les banques ont resserré les conditions de crédit depuis le début de la pandémie. Mais la plupart des ménages sont moins endettés qu’au moment de la crise financière (2008-2013). La solvabilité des acheteurs de maison est bien meilleure. En combinaison avec le faible taux d’intérêt, de nombreux prêts pour l’achat d’un logement seront accordés en 2021.

Des fondations bien plus solides

Aucune comparaison ne peut être faite avec la crise immobilière qui a débuté en 2008 et qui a duré 5 ans, de sorte qu’il n’y a eu qu’un renouveau du marché immobilier espagnol fin 2013. Les fondamentaux du marché immobilier espagnol sont bien plus solides que pendant la crise immobilière de 2008 ainsi que la situation économique. Le marché immobilier espagnol reviendra donc à l’image de début 2020 à court terme, à condition que le développement de la pandémie continue de décliner sans autre vague.

Changement attendu de la préférence en matière de logement en 2021

Les préférences et les besoins des acheteurs ont changé au cours de la période de séjour obligatoire à domicile. Les grandes maisons avec jardins situés dans les zones périphériques et les appartements avec de grandes terrasses prendront de la valeur. Le marché du logement évolue lentement, il ne change pas du jour au lendemain. Mais il existe de nombreux demandeurs de logement qui souhaitent ce type de logement. Cette tendance devrait se poursuivre en 2021.

L’économie espagnole s’améliore-t-elle en 2021?

Le gouvernement espagnol prévoit un rebond de 7,2% du PIB l’année prochaine après une baisse de 11,2% en 2020 en raison de la crise mondiale pandémique, en ligne avec la croissance projetée par la Banque d’Espagne de 5% en 2021 et 4% en 2022.

Grâce aux fonds européens pour les coronavirus, cette augmentation pourrait même être plus élevée avec plus de 25 milliards d’euros initialement injectés dans l’économie espagnole, portant le PIB à 9,8% en 2021. Grâce à cet argent supplémentaire, l’année 2021 bénéficiera de dépenses publiques élevées de 54% à environ 196 milliards d’euros.

Le marché immobilier espagnol captera plus de 9,2 milliards d’euros en 2021, 18% de plus

Selon une analyse réalisée par Cushman & Wakefield le marché immobilier espagnol attirera environ 9,2 milliards d’euros d’investissements en 2021, soit 18% de plus que cette année, marquée par la pandémie de coronavirus.

Dans tous les cas, les volumes 2020 sont supérieurs à ceux de n’importe quelle année de la crise précédente entre 2009 et 2013. Le secteur s’est concentré sur les marchés clés, plus stables et avec moins d’ajustement des prix. Alors que le marché opportuniste a été pratiquement inexistant.

En ce sens, les actifs logistiques ont été les seuls à voir leur rentabilité réduite en 2020. Ceux-ci clôtureront l’année avec une référence de rentabilité «prime» de 4,75%, 0,25 point de moins qu’il y a un an.

Résidences et Hôtels

Dans le chapitre sur les actifs immobiliers alternatifs, l’étude montre une moindre activité en 2020, bien que les investisseurs institutionnels maintiennent leur intérêt et leur capacité de dépense dans ce type d’actifs. Par exemple, le manque d’approvisionnement de qualité en Espagne pour les résidences étudiantes a conduit les opérateurs et les promoteurs à pratiquement construire ce parc en 2017-2019.

Pour cette raison, son volume d’investissement devrait atteindre 300 millions d’euros en 2021, doublant le chiffre pour 2020 et profitant d’un marché plus normalisé grâce à la maîtrise de la pandémie.

Enfin, l’investissement moyen entre 2015 et 2019 en volumes d’investissements hôteliers s’est élevé à 1550 millions d’euros contre près de 1000 millions en 2020, ce qui traduit que, malgré la quasi paralysie du secteur, les investisseurs écartent sa reprise et l’hôtellerie urbaine, principalement, a été l’objectif des investisseurs.

Rendements locatifs

Les rendements locatifs étaient très intéressants car 35% des 82 millions de touristes visitant l’Espagne en 2019 utilisaient un logement privé, selon le ministère du Tourisme.

Le secteur touristique reste dans l’attente de l’évolution de la pandémie de coronavirus avec l’arrivée des vaccinations en 2021. Les locations touristiques pourraient encore être une bonne source de revenus pour ceux qui connaissent les plateformes de location saisonnière, comme Airbnb.

sources: Standard & Poor’s (S&P) et l’institut Valoraciones